La médiation animale au service des patients

Article Par Ramsay Santé, le

Depuis quelques semaines à la Clinique IRIS Marcy l'Étoile (Rhône), Pierce, une chienne Golden Retriever, accompagne certains patients. L’occasion de revenir sur les bienfaits de la médiation animale.

La médiation animale au service des patients

Un soutien pour les équipes soignantes.

La Clinique IRIS Marcy l’Étoile, établissement Ramsay Santé situé dans le Rhône, propose un service peu commun. Les patients qui le souhaitent peuvent bénéficier de la présence d’un chien lors de leur parcours de soins. Un dispositif qui donne lieu à des rencontres surprenantes.

Nadine Fossier Varney est psychologue. Depuis quelques semaines, elle accompagne certains de ses patients avec Pierce, une chienne Golden Retriever. L’occasion de revenir sur les bienfaits de la médiation animale. 

Une présence rassurante

Proposer la présence d’un chien lors de séances n’est pas nouveau pour Nadine Fossier Varney qui travaille avec ses compagnons depuis 1997 et à la clinique depuis 2003. « Lorsque j’accueille un patient avec un chien à mes côtés, des choses étonnantes peuvent se produire. Cela peut permettre à ceux qui ont de la difficulté à s’exprimer de s’ouvrir, voire parfois de se révéler. » Dans ce dispositif de médiation animale, les notions de rencontre et de relation à trois prennent toute leur importance. Chacun doit y trouver son intérêt. « Il faut respecter le seuil de tolérance du chien et ne pas instrumentaliser le patient », ajoute Nadine Fossier Varney.

Bienveillant, sincère, authentique… les qualités attribuées au chien par de nombreux patients font de lui une présence rassurante. « En revanche, ce n’est pas magique, précise la psychologue. Certains patients sont très réceptifs à cette présence, à cette chaleur, alors que d’autres y sont moins sensibles. »

Pour assurer la sécurité de tous, Pierce doit suivre un protocole sanitaire strict : toilettage tous les jours, avec examen de la peau et des dents, suivi vétérinaire tous les deux mois, avec administration régulière de traitements antiparasitaires et vermifuge. En outre, la chienne ne peut circuler qu’en étant accompagnée de sa référente, et certains endroits lui sont interdits. 

Un soutien pour les équipes soignantes

Si les patients sont les premiers à bénéficier de la présence de Pierce, le personnel de la clinique est également heureux de côtoyer la chienne. « Les équipes soignantes réclamaient ce projet depuis plusieurs mois, car la présence d’un chien peut représenter un réel soutien dans des moments difficiles. Le personnel peut prendre du temps avec Pierce pour se détendre ou se créer une bulle d’intimité », explique la psychologue.  

Présente dans la clinique depuis quelques semaines à peine, la chienne devrait révéler tout son potentiel au fil des mois. « Nous pourrons ensuite préciser le projet que nous construirons ensemble », conclut Nadine Fossier Varney.

Article précédent

Assises de la santé mentale et de la psychiatrie : votre avis compte !

Dans le cadre des Assises de la santé mentale et de la psychiatrie, exprimez vos préoccupations et faites part de vos propositions via un questionnaire en...

Article suivant

Chirurgie de la thyroïde sans cicatrice à la Clinique Lambert

Des techniques ont été élaborées dans le but de cacher la cicatrice laissée par la chirurgie de la thyroïde qui peut devenir disgracieuse ou causer des...