Covid et santé psychique des adolescents : des mots au secours de leurs maux

Article Par Ramsay Santé, le

Le nouveau quotidien des jeunes a considérablement endommagé leur moral ainsi que leurs perspectives.

Covid et santé psychique des adolescents : des mots au secours de leurs maux

Les ados ont un grand besoin de pouvoir échanger avec leurs pairs.

Si le premier confinement a été plutôt bien « accepté » par la majorité de la population, notamment adolescente, l’inscription dans la durée de cette crise est plus compliquée à vivre. Ponctué de couvre-feux et de nouveaux confinements, le quotidien des jeunes a considérablement endommagé leur moral ainsi que leurs perspectives.

Le Dr Maud Percq est psychiatre au sein de la Clinique de la Roseraie, établissement Ramsay Santé situé à Soissons (Hauts-de-France). Elle est amenée à prendre en charge des patients adultes mais également adolescents. Pour ces derniers, elle constate une recrudescence des demandes de suivi psychiatrique depuis le début de la pandémie.

La crise Covid ou l’involution des adolescents

Si les demandes de consultation sur du moyen et long terme explosent, la spécialiste constate qu’il s’agit davantage de jeunes âgés de 12 à 25 ans, présentant des psycho-traumatismes. « Ces jeunes vont nous être adressés soit par leurs parents à la suite de crises d’angoisse à répétition et d’idées noires, soit par des hôpitaux après une tentative de suicide, introduit le Dr Percq. Un suivi psychologique est alors nécessaire. »

Pour comprendre cette grande détresse des adolescents en pleine tempête Covid, il faut revenir sur les phases d’évolution physiologique et de maturation qu’ils traversent. « Pour vivre et grandir, un adolescent a besoin de sortir du giron familial. Il a besoin des autres, de ses camarades et de se confronter à ses pairs pour pouvoir devenir adulte. » Les situations très infantilisantes provoquées par les confinements et couvre-feux peuvent alors mener à des situations explosives entre l’ado et ses parents. « Cela peut véritablement les amputer d’un processus normal de construction, comme une sorte de sacrifice de cette phase d’adolescence vers le jeune adulte. L'adolescence exige un mouvement vers l'extérieur vers les autres, indispensable pour que les phases "d’individuation et d’autonomisation" puissent s'opérer. Avec ces épisodes de confinement, finis les échanges verbaux, relationnels, physique. Sans vouloir généraliser, cette période de la vie est souvent difficile à surmonter, sa résolution nécessite des échanges familiaux bien entendu, mais aussi amicaux, amoureux, scolaires, sexuels ».

« Après la pluie, le beau temps »

Face à ces ados en détresse, la spécialiste rappelle qu’il est indispensable de « rester optimiste et positif autant que possible. Nous allons éviter de verser dans le catastrophisme pour plutôt nous dire que cette difficile période aura bel et bien une fin. Il s’agit aussi de mettre en valeur l’adolescent et les efforts qu’il doit fournir, au détriment de sa phase de maturation. » En effet, si toutes les populations sont concernées par ces efforts et sacrifices, reconnaitre auprès des adolescents que cette situation est injuste pour leur développement personnel, les aidera à mieux accepter leur sort.

Pour les parents, accompagner leurs adolescents à traverser la crise Covid n’est pas chose facile. Il ne faut pas transformer une présence bienveillante en intrusion. « Il est essentiel de les rassurer en insistant sur le fait que cette période va bien finir par se terminer, même si l’on ne sait pas quand. Encourager également le maintien d’un lien social, passer du temps avec ces ados, quand ils vont mal ça va de soi, mais aussi quand ils vont bien ; les écouter, dans toutes leurs plaintes, leurs craintes et leurs souhaits, leurs projets, aborder les sujets difficiles avec franchise, leur proposer de parler à qu’un de confiance, un ami, un membre de la famille, un psy ».

Les ados ont un grand besoin de pouvoir échanger avec leurs pairs. Inviter un ou deux amis, tout en respectant les gestes barrières et recommandations sanitaires leur est très bénéfique. « On peut également les encourager à se retrouver à l’extérieur 1 heure par jour pour se dépenser et partager un peu. » Le Dr Percq insiste sur l’importance de garder espoir et de s’armer de courage car « après la pluie, le beau temps. Cela s’est vérifié à maintes reprises à travers l’Histoire ! »

Le suicide des jeunes : l'autre urgence

La Fondation Ramsay Santé publie à l’occasion de la journée nationale de prévention du suicide, un livre blanc intitulé « Le suicide des jeunes : l’autre urgence », fruit des réflexions tenues dans le cadre de ses dernières « Rencontres Prévention Santé » (événement annuel de mobilisation et d’accélération de partage des connaissances en matière de prévention santé, organisé sous le Haut Patronage du Ministère des Solidarités et de la Santé). La dernière édition était dédiée à la prévention du suicide chez les jeunes.

> Revoir les dernières Rencontres Prévention Santé

> Télécharger le livre blanc

Article précédent

Covid et cancer : poursuivre la lutte et le dépistage malgré la pandémie

Journée mondiale contre le cancer : le point sur les avancées médicales, les méthodes de prise en charge novatrices et l’importance du dépistage, plus encore...

Article suivant

Mieux comprendre l’ostéoporose pour mieux la prévenir

Présentation de l’ostéoporose et pistes pour s’en prémunir autant que possible.