Affronter la solitude en fin d'année

Article Par Ramsay Santé, le

En cette période de crise sanitaire qui perdure et en pleine période de fêtes traditionnelles de fin d'année, les inquiétudes de certains de se retrouver seul grandissent.

Affronter la solitude en fin d'année

Solitude et inquiétude face à la maladie ont laissé des traces sur le moral de tous.

En cette période de crise sanitaire qui perdure et en pleine période de fêtes traditionnelles de fin d'année, les inquiétudes de certains de se retrouver seul grandissent.

Valérie Courrier est médecin psychiatre. À la Clinique de la Roseraie (02 - Soissons), elle rencontre différents profils de patients, souvent âgés et présentant des troubles psychiques, et les accompagne sur le chemin du mieux-être. En 2020, après deux confinements et une actualité anxiogène, la spécialiste fait le constat que la solitude et l’inquiétude face à la maladie ont laissé des traces sur le moral de tous. 

La santé mentale mise à mal durant la pandémie 

Cette année, le Dr Valérie Courrier a reçu davantage de nouveaux patients que d’ordinaire. « Le confinement puis la peur de la maladie ont exacerbé l’état psychique de nos patients et ont déclenché de nouveaux cas, introduit-elle. Des gens anxieux ont eu besoin de faire appel à nous pour traverser cette période, parfois même à travers une hospitalisation, ne pouvant plus supporter la solitude à domicile. » 

Les personnes âgées sont les plus sensibles, aussi bien vis-à-vis de la Covid que des troubles psychiques. « La Covid renforce leurs faiblesses psychiques car l’inquiétude pour leur santé est grandissante et, parallèlement, elles sont stigmatisées et isolées. » À côté de cela, pour nombre d’entre elles, la pratique d’une activité extérieure représentait le seul lien social qu’elles pouvaient entretenir régulièrement. « Ces activités ont été stoppées par la crise et le sentiment d’isolement a été considérablement renforcé. » 

Aller de l’avant

Il est très difficile d’envisager d’être seul pour les fêtes de fin d'année. « C’est l’essence même de cette période : se retrouver en famille ou entre amis, partager et célébrer. Cette situation est inédite et, même en tant que spécialistes de la prise en charge des troubles psychiques, il est compliqué de trouver des solutions éclairées et efficaces pour pallier les inquiétudes à l’idée d’être seul. » La mission des spécialistes sera alors de proposer des alternatives adaptées à chacun, quitte à envisager une hospitalisation ponctuelle durant la période pour les cas les plus préoccupants. « Nous faisons tout pour ne jamais renvoyer l’image d’une situation désespérée ou désespérante. » 

Malgré tout, le Dr Valérie Courrier encourage les personnes en détresse à aller de l’avant, quitte à traverser les fêtes de fin d’année comme un moment quelconque de l’année. « Toutes n’ont pas forcément la possibilité de voir leur famille, même en appel visio. Nous les encouragerons à contacter un réseau de proximité, comme par exemple la Protection Civile, pour éventuellement programmer un passage, une visite d’échange. Et si toutes ces solutions ne peuvent être mises en place, alors le mieux sera de passer les fêtes comme un autre jour de l’année… » Se projeter sur l’organisation du prochain Noël, quitte à le célébrer en décalé durant le début de l’année 2021, pourra être la solution idéale, permettant d’entretenir la magie des retrouvailles, à grand renfort de patience.

Article précédent

Les Pères Noël verts de la Clinique Marcel Sembat

À l’Institut de l’Enfant de la Clinique Marcel Sembat, à Boulogne-Billancourt (92), les équipes s’affairent pour préparer les fêtes.

Article suivant

Un nouveau service pour soulager les urgences

Les services des urgences sont très fréquemment sollicités et souvent de manière abusive.